Placer de l’argent qui rapporte tous les mois : quel investissement choisir ?

Placer de l’argent qui rapporte tous les mois : quel investissement choisir ?

Lorsque l’on souhaite se constituer un complément de revenus mensuel grâce à ses placements, plusieurs options s’offrent à nous. Voyons ensemble les investissements les plus répandus permettant d’encaisser régulièrement de l’argent.

L’immobilier locatif, valeur sûre pour encaisser des loyers

L’immobilier locatif est sans doute la valeur sûre pour qui cherche à placer son argent de façon à recevoir un revenu chaque mois. En effet, la perception de loyers fait partie intégrante du modèle lorsque l’on investit dans l’immobilier locatif. Que l’on achète un studio, un appartement, une maison ou même une résidence avec services comme une résidence étudiante ou pour seniors, le principe reste le même : mettre le bien en location et récupérer mensuellement le loyer payé par le ou les locataires.

Bien entendu, si l’on souhaite que cet investissement soit rentable, mieux vaut choisir un bien situé dans une zone où la demande locative est importante. Il est également recommandé de faire expertiser le montant du loyer que l’on peut espérer en fonction du standing du bien immobilier. Une fois ces vérifications effectuées, l’immobilier locatif permet bien souvent de générer un rendement brut compris entre 4% et 8% selon les cas. Autrement dit, sur un investissement de 100 000€, le locataire vous rapportera entre 333€ et 667€ par mois. Bien sûr, à ce loyer brut viendront s’ajouter diverses charges qu’il faudra soustraire pour obtenir le rendement net.

Si l’immobilier locatif reste incontournable pour générer des revenus mensuels grâce à ses placements, il nécessite également un investissement de départ conséquent qu’il n’est pas toujours facile de réunir sans recourir à l’emprunt. De plus, la gestion du bien, même si elle peut-être en partie déléguée à une agence, demande un minimum de temps et d’implication. Malgré ces petits inconvénients, l’immobilier locatif demeure l’option numéro 1 pour investir son argent et le faire fructifier tous les mois via des loyers.

Voir :  Un LEP plein, quels gains ?

La bourse et les dividendes d’actions, un revenu aléatoire

Après l’immobilier, la bourse est probablement le placement le plus connu permettant de générer des revenus mensuels, grâce aux fameux dividendes versés par les actions des entreprises. En effet, les sociétés cotées en bourse redistribuent une partie de leurs bénéfices sous forme de dividendes. Les actionnaires reçoivent alors un revenu complémentaire quelques fois par an, généralement trimestriel ou semestriel.

Toutefois, à la différence des loyers immobiliers qui sont contractualisés sur la durée, rien n’oblige une entreprise à verser des dividendes ni à maintenir le montant de ceux-ci constant dans le temps. La distribution de dividendes dépend uniquement des résultats de la société et de la politique de retour aux actionnaires décidée par ses dirigeants. Les dividendes peuvent donc varier fortement d’une année sur l’autre, y compris baisser significativement, voire disparaître en cas de pertes.

C’est la principale limite des dividendes d’actions en tant que source de revenus mensuels : leur caractère aléatoire qui dépend de la santé financière de l’entreprise. Pour sécuriser ses revenus, mieux vaut donc investir sur un portefeuille diversifié d’actions plutôt que sur une ou deux sociétés. À noter également qu’il est possible de miser sur des fonds actions de dividendes qui investissent eux-mêmes dans les entreprises versant les meilleurs dividendes.

Les cryptomonnaies et le staking, une option risquée

Ces dernières années, de nouveaux placements sont apparus avec les cryptomonnaies et notamment la possibilité de générer des revenus passifs grâce au « staking ». Derrière ce terme anglo-saxon se cache un mécanisme permettant de valider des transactions et de sécuriser le réseau d’une blockchain, en échange de quoi vous percevez des intérêts.

Voir :  Guide pour l'acquisition et la valorisation d'actifs financiers

Concrètement, le staking consiste à déposer des cryptomonnaies sur des plateformes dédiées qui vont ensuite les utiliser pour validator des blocs. Votre mise de départ n’est donc pas immobilisée, elle continue de générer des revenus. Ces intérêts peuvent être perçus quotidiennement, hebdomadairement ou mensuellement. Ils dépendent du rendement annoncé (généralement entre 2% et 15%) et de la valeur de la cryptomonnaie à un instant T.

Bien que séduisante sur le papier, cette solution d’investissement reste très risquée en raison de la volatilité extrême des cryptos. Rien ne garantit que la valeur de votre mise de départ ne va pas fondre, annihilant vos gains. Le staking n’est viable que pour les investisseurs avec une bonne tolérance au risque et une stratégie de placement bien définie sur le long terme, pas pour des revenus courts termes.

Le private equity, accessible aux investisseurs aguerris

Le private equity ou capital-investissement est moins connu du grand public mais répandu chez les investisseurs professionnels. Il s’agit d’acquérir des parts dans le capital de sociétés non cotées comme des startups technologiques par exemple. Contrairement à l’immobilier ou aux actions en bourse, l’investissement dans ces sociétés moins matures et risquées n’est pas accessible aux particuliers.

En effet, il faut être considéré comme investisseur professionnel pour pouvoir entrer au capital de ces sociétés risquées mais au fort potentiel de croissance. Les sommes à investir sont également bien plus conséquentes que dans l’immobilier résidentiel, avec des tickets d’entrée de plusieurs centaines de milliers d’euros.

Cela dit, une fois cet obstacle franchi, le private equity peut s’avérer très rémunérateur. Outre l’espoir de plus-values considérables lors de la revente des parts, il est fréquent que les sociétés financées versent des dividendes à leurs actionnaires une fois leur activité devenue rentable. L’horizon d’investissement doit toutefois se mesurer en années avant d’espérer toucher ces fameux dividendes. Autrement, les revenus mensuels ne sont pas garantis contrairement aux loyers immobiliers.

Voir :  Validus, entre promesses alléchantes et zone d'ombre

Les obligations et l’assurance vie, des rendements limités

Terminons ce tour d’horizon des placements générant des revenus mensuels par les options plus classiques que sont les produits de taux : obligations, assurance vie en euros, livrets bancaires…

Ces produits ont pour avantage d’offrir une garantie en capital ainsi qu’une bonne visibilité sur les rendements servis. Leur rémunération découle en effet majoritairement des taux d’intérêt pratiqués sur les marchés. Actuellement, ceux-ci sont bas, ce qui limite d’autant le rendement de ces placements. Comptez 2 à 4% par an maximum.

Concernant les versements réguliers, la plupart des obligations et des fonds en euros d’assurance vie fonctionnent avec des intérêts versés une à deux fois par an. Pour obtenir un revenu véritablement mensuel, mieux vaut se tourner vers les SCPI ou Sociétés Civiles de Placement Immobilier. Ces placements immobiliers mutualisés reversent tous les mois les loyers perçus sous forme de dividendes pour leurs actionnaires.

Comparatif des placements : avantages et inconvénients

En conclusion, plusieurs options s’offrent aux investisseurs désireux de placer leur argent pour obtenir des revenus mensuels complementaires. Chaque type de placement présente des avantages et des inconvénients:

  • L’immobilier locatif reste la valeur refuge grâce aux loyers mais nécessite un apport initial important.
  • Les dividendes d’actions offrent un revenu aléatoire selon les résultats des entreprises.
  • Les cryptomonnaies et le staking permettent des revenus fréquents mais exposent à une forte volatilité.
  • Le private equity est très rémunérateur pour les investisseurs confirmés prêts à immobiliser leur argent.
  • Les produits de taux (assurance vie, obligations…) garantissent le capital au prix de rendements limités.

À chacun de choisir l’option ou la combinaison d’options correspondant le mieux à ses objectifs, son profil d’investisseur et son aversion au risque ! L’essentiel étant de diversifier ses placements pour ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier, d’autant plus lorsque l’on vise des revenus complémentaires pour améliorer son quotidien.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *